A lire dans la même thématique

DSP2 : une sécurité renforcée pour vos opérations bancaires en ligne

En quoi consiste l’authentification forte exigée par la DSP2 ? Quel impact concret aura-t-elle pour les clients BforBank ? Décryptage.

Au cours du mois de décembre, les marchés resteront très attentifs aux évolutions du dossier du Brexit et de la guerre commerciale, ainsi qu'au comportement des indicateurs industriels.

13 décembre 2019

Amundi Asset Management

Au cours du mois de novembre, les marchés ont réagi à un flux d'actualité politique et économique un peu plus favorable que celui des mois précédents. Deux risques politiques, en particulier, ont diminué.

Le premier est celui du Brexit désordonné, devenu à présent moins probable depuis que les conservateurs britanniques et l'Union européenne ont trouvé un accord fin octobre, même s'il n'est pas encore ratifié. La remontée de la livre sterling au cours des dernières semaines témoigne de la nervosité des marchés à ce sujet.

Le second risque qui a semblé refluer est celui d'une aggravation du conflit commercial opposant la Chine et les États-Unis. Diverses sources ont fait état d'un accord probablement proche entre ces deux pays. Cet accord permettrait d'éviter l'instauration de nouveaux droits de douanes, voire de supprimer certains des droits de douane déjà décidés.

Enfin, du point de vue économique, les grands industriels mondiaux se sont stabilisés après leur forte chute des mois précédents. Les indicateurs de services, pour leur part, n'ont pas validé l'hypothèse d'une forte contagion des difficultés de l'industrie au reste de l'économie, alors que les craintes étaient très vives à ce sujet il y a encore quelques semaines. Ajoutons que les chiffres de la croissance économique du troisième trimestre ont été un petit peu meilleurs que prévu de part et d'autre de l'Atlantique et que l'Allemagne, très exposée aux difficultés du secteur automobile, a évité la récession.

Dans ce contexte plus favorable, les marchés d'actions ont connu une nouvelle étape de progression. Les rendements obligataires, ont rebondi depuis leurs points bas d'octobre notamment parce que les anticipations de nouvelles baisses de taux directeurs de la part des grandes banques centrales ont diminué. Notons toutefois que ces mouvements sont intervenus dans l'espoir, et non pas avec la confirmation, d'une diminution des risques politiques et d'un rebond de la conjoncture.

Au cours du mois de décembre, les marchés resteront par conséquent très attentifs aux évolutions du dossier du Brexit et de la guerre commerciale, ainsi qu'au comportement des indicateurs industriels. Notons qu'ils pourraient également porter une attention croissante aux développements politiques aux États-Unis, sachant que la campagne présidentielle américaine de 2020 sera, à coup sûr, l'un des thèmes majeurs de l'année prochaine.

Crédit photo : Getty Images