A lire dans la même thématique

Qu’est-ce que le code CVV d’une carte bancaire ?

Que signifient les 3 ou 4 chiffres inscrits au recto ou au verso de votre carte bancaire ? Il s’agit du code CVV, une information essentielle pour authentifier vos transactions en ligne.

Quels sont les principaux points à retenir concernant les événements de l’année 2020 ? Quelles sont les perspectives pour l’année 2021 ?

15 janvier 2021

Amundi Asset Management

Bonjour et bonne année.

Bienvenue dans cette édition du mois de janvier du point marchés.

Ce n’est pas sans plaisir qu’on a vu l’année 2020 se terminer.

Je vais revenir sur les grands éléments de l’année 2020, pour mieux dessiner les perspectives 2021.

D’abord, 2020 a été l’année de la plus grave crise sanitaire depuis un siècle, et de la plus grave crise économique également de l’après-guerre.

A ce jour, seule la Chine a retrouvé son niveau économique d’avant crise. Les économies ont commencé à se reprendre à un rythme très inégal. La reprise va se poursuivre en 2021, mais également à un rythme très inégal.

Aucune des grandes économies n’aura retrouvé son niveau économique d’avant crise à la fin de cette année.

Sur le plan sanitaire, la situation n’est pas sous contrôle. Certains pays ont décidé de reconfiner, comme le Royaume-Uni, et vous le savez, la stratégie vaccinale est en question dans de très nombreux pays.

Sur le plan de la politique économique, les gouvernements et les banques centrales ont mis en place des politiques de stabilisation de grande envergure.

D’abord les banques centrales ont baissé leurs taux d’intérêt et remis en place des politiques d’achats de titres.

Ensuite les gouvernements ont mené des politiques de stabilisation des revenus des ménages, et sont venus en aide aux entreprises.

Tout cela a contribué à stabiliser la conjoncture.

Le bas niveau des taux d’intérêt a permis aux Etats de s’endetter de nouveau, à bon compte ; aux entreprises également.

Et en fin de compte, l’action combinée des banques centrales et des gouvernements explique la dynamique porteuse des marchés.

Sur le plan politique, quatre grands évènements ont marqué l’année 2020.

D’abord les élections américaines, avec l’élection de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis, promet une approche plus rationnelle des grands dossiers internationaux, mais également des dossiers domestiques. On s’attend à une orientation plus centriste de sa politique économique, et à une attitude très ferme vis-à-vis de la Chine.

Deuxième évènement, l’accord sur le budget pluriannuel et le fonds de relance, qui va progressivement entrer en fonction dans le courant de l’année 2021.

Troisième évènement de l’année 2020, l’accord conclu entre le Japon, la Corée, la Chine et les pays de l’ASEAN ; un grand accord commercial qui montre que l’Asie est toujours partie prenante au commerce mondial.

Et enfin, quatrième évènement, in extremis, le Royaume-Uni et l’Union européenne sont parvenus à un accord, quant aux modalités du Brexit, après quatre ans et demi de négociations.

Comment les marchés ont-ils évolué dans cet environnement ?

Les marchés ont surpris à la hausse, dopés par la liquidité fournie par les banques centrales, et complètement déconnectés, en réalité, des fondamentaux économiques, de sorte qu’après le repli très marqué qu’on a observé aux mois de février et mars, vous avez eu une reprise de la plupart des actifs risqués, de sorte que certains actifs connaissent des bulles, par exemple les valeurs technologiques aux Etats-Unis.

Au quatrième trimestre, l’annonce des vaccins a donné un coup de fouet à l’ensemble des valorisations, de sorte que les bourses ont progressé d’à peu près 10% sur l’ensemble du quatrième trimestre.

Le grand gagnant sur l’année 2020 est le marché américain, avec une progression du S&P 500 d’environ 16%. Les taux d’intérêt sur les emprunts d’Etat ont plutôt reflué sur l’ensemble de l’année. Le dollar s’inscrit en baisse, très nettement, vis-à-vis de l’euro de 9%, mais plus généralement vis-à-vis d’un ensemble de devises. Nous pensons que le dollar va continuer de perdre du terrain.

L’or a été l’un des grands gagnants de l’année, avec une progression de quasi 25% sur l’ensemble de l’année.

Le pétrole a connu un profil en V, et s’est très nettement ressaisi mais au final reste pratiquement 20% en deçà de son niveau du début de l’année 2020.

A quoi faut-il s’attendre pour 2021 ?

L’environnement reste porteur pour les marchés d’actions, les taux d’intérêt vont rester très faibles.

Ceci dit, les bourses ont déjà escompté, en grande partie, l’amélioration conjoncturelle attendue pour cette année.

Et, du fait que la situation sanitaire n’est toujours pas sous contrôle, on peut s’attendre à des phases de « stop-and-go » qui pourraient générer de la volatilité sur les marchés. Il faut donc, plus que jamais, rechercher des sources de diversification et de protection des portefeuilles.

En un mot, le chemin est encore semé d’embuches ; la volatilité sera peut-être au rendez-vous dans les mois qui viennent, mais les perspectives sur l’ensemble de l’année, en lien avec la stratégie vaccinale et avec la reprise anticipée, sont de très bon augure et plutôt encourageantes.

Merci de votre attention et rendez-vous au prochain point marchés du mois de février.

Crédit photo : Getty images