A lire dans la même thématique

Point marché Amundi - septembre 2018

En 2 minutes, découvrez le décryptage des marchés en septembre 2018 par Sylvia Bocchiotti, experte Amundi Asset Management.

En 2 minutes, découvrez le décryptage des marchés pour juin 2018 par Sylvia Bocchiotti, experte Amundi Asset Management.

13 juillet 2018

Amundi Asset Management

Le premier semestre a été marqué par la montée des tensions commerciales, la hausse du pétrole, la divergence de politiques monétaires et la hausse du dollar.

La hausse du dollar est importante car elle impacte la liquidité des marchés. Cette hausse peut s’expliquer par plusieurs raisons :

Tout d’abord, la divergence entre la politique monétaire de la Fed et celle des autres grandes banques centrales,

La Fed poursuit la normalisation de sa politique monétaire, elle a déjà augmenté ses taux directeurs 7 fois - dont 25 points de base en juin. Elle prévoit encore deux hausses supplémentaires cette année puisque la croissance est forte et que l’inflation augmente aux Etats-Unis.

En Europe, la BCE, a déclaré qu’elle cesserait d’acheter ces obligations en fin d’année et ne devrait commencer à monter ses taux directeurs qu’à l’été 2019.

Cette divergence entre les politiques monétaires de la BCE et la Fed est clairement visible dans la courbe des taux courts.

Dans ce contexte de divergence de politiques monétaires, la Banque Nationale Suisse et la Banque du Japon conservent leurs politiques monétaires accommodantes.

La hausse du dollar peut aussi s’expliquer par le fait que le bilan de la Fed est en train de diminuer, à un moment où le plan de relance fiscale de Donald Trump augmente les déficits et donc le besoin de financement.

Enfin, l’aggravation des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis pourrait impacter les échanges mondiaux, et donc la demande de dollars.

Ce contexte de hausse du dollar et de montée des tensions commerciales a pesé sur les marchés, notamment sur les actifs émergents et les matières premières. Le Brent de son côté se stabilise, après que l'OPEP et la Russie ont décidé d’augmenter la production de pétrole.

Les actifs émergents ont été sous pression, en particulier les devises des pays endettés et très dépendants des financements en dollars, comme la Turquie, l’Inde, l’Indonésie, l’Afrique du Sud ou le Brésil.

Concernant les actions, le marché américain se comporte bien notamment le secteur technologique et les petites capitalisations, avec le Nasdaq et le Russell 2000 qui atteignent de nouveaux sommets alors que la Chine et l’Europe restent sous pression, reflétant leur exposition au commerce mondial.

Enfin, l'Australie s'est distinguée par sa bonne performance. En effet, elle pourrait bien profiter des tensions entre les États-Unis et la Chine et ainsi renforcer ses relations bilatérales.

En conclusion, la divergence des politiques monétaires et la montée des tensions commerciales devraient continuer à dominer les marchés. Si les menaces protectionnistes sont difficilement quantifiables, elles pourraient finir par impacter la confiance des entreprises et les perspectives de croissance.

Cela fut un plaisir pour moi de suivre les marchés avec vous, merci et je vous souhaite un excellent été.

Crédit photo : istock