A lire dans la même thématique

Imposition des multinationales : que sait-on déjà ?

Où en sont les efforts internationaux des pays pour réformer la fiscalité mondiale des entreprises et instaurer un impôt minimum ?

Après une année 2020 qui a étonné par la forte remontée des marchés, lesquels avaient plongé en début d’exercice, le premier semestre 2021 a prolongé la tendance haussière.

07 septembre 2021

Michel Lemosof

Comme les gouvernements et les banques centrales s’évertuent à limiter la portée des risques, beaucoup de professionnels sont convaincus que la progression des actions n’est pas terminée. Les taux d’intérêt restent dans leurs basses eaux. L’argent bon marché permet de se financer facilement et de faire du levier. Cela étant, pour l’épargnant, les taux réels (hors inflation) sont négatifs…

Les résultats trimestriels des sociétés ont, dans l’ensemble, agréablement surpris. C’est le cas, par exemple, des banques américaines. Et, selon le FMI, l’expansion économique devrait cette année tourner autour de 6 % et se situer à plus de 4 % en 2021.

La reprise de l’économie et l’accélération des campagnes de vaccination, a déclaré au Revenu Nourane Charraire, directrice de la gestion de Mansartis, Trophée d’Or de la meilleure société de gestion décerné par l’hebdomadaire, permettront la poursuite du rebond des actions. 

Mais pas question d’acheter sans discernement !

Il faut faire preuve de sélectivité dans le choix des actifs, indique dans un entretien accordé à Gestion de Fortune Fabien Bismuth, président du directoire de Meeschaert AM, car les niveaux de valorisations sont globalement élevés.

Regain de volatilité attendu

Chez Oddo BHF AM, Laurent Denize, global chief investment officer, a signalé lors d’un webinaire préférer les actions européennes, les petites et moyennes capitalisations et le style value (valeurs décotée). Deux responsables d’OFI AM, Jean-Marie Mercadal et Eric Bertrand, ne surpondèrent pas les actions, estimant qu’un probable surcroît de volatilité leur permettra de trouver de meilleurs points d’entrée. Chez NN Investment Partners, Marco Willner et Patrick Moenen, patrons de la stratégie d’investissement, disent aussi dans un commentaire que les marchés pourraient être plus volatils, "en raison de la dynamique macroéconomique et de la nervosité qui accompagne un resserrement monétaire".

Dans une visio-conférence, les experts d’Allianz Global Investors, eux, ont souligné que le retour de la croissance se généralisera au second semestre, "grâce à la réouverture des services dans les économies, aux dépenses de l’épargne accumulée des ménages, aux conditions financières favorables et au soutien fiscal". Catherine Garrigues, directrice de la gestion Europe Conviction, a attiré l’attention sur différents thèmes d’investissement : consommation, transition énergétique, digitalisation, payment processing, voitures électriques, banques, construction.

Notre position optimiste quant aux perspectives de reflation et le soutien politique en cours, explique dans un point marché Michael Grady, directeur de la stratégie d’investissement d’Aviva Investors, nous conduisent à surpondérer les actions, avec une préférence pour les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Crédit photo : Getty images