A lire dans la même thématique

Imposition des multinationales : que sait-on déjà ?

Où en sont les efforts internationaux des pays pour réformer la fiscalité mondiale des entreprises et instaurer un impôt minimum ?

La répartition d’un portefeuille et l’équilibre entre les différentes valeurs qui le composent jouent un rôle important dans la performance globale de votre allocation.

09 septembre 2021

La Rédaction

La diversification est souvent déterminante pour assurer la régularité de vos performances boursières. Chaque investisseur est libre de déterminer une allocation qui lui ressemble.

Quel poids pour les différentes lignes de votre portefeuille ?

Certains décideront de panacher les valeurs de croissance et les valeurs dites value quand d’autres choisiront leur allocation en alternant les valeurs défensives et les valeurs plus dynamiques. Il ne s’agit ici que d’exemples et il existe quasiment autant d’allocations possibles que de portefeuilles…

Bon à savoir

On dit qu’une valeur est offensive lorsqu’on son potentiel de gain est supérieur à la moyenne. Inversement, une valeur est considérée comme défensive lorsqu’elle se montre plus résiliente en cas de conjoncture économique défavorable. En principe, une valeur défensive est aussi moins à même de capter les fortes progressions en haut de cycle.

Un réflexe de bonne gestion

Mais quelle répartition choisir entre ces différentes valeurs ? Si vous pensez que le momentum d’une entreprise est particulièrement favorable ou qu’une certaine catégorie de valeurs est mieux positionnée, vous pouvez surpondérer (c’est-à-dire augmenter le pourcentage que représentent ces titres dans votre portefeuille). A contrario, si vous estimez que certaines valeurs vont sous-performer, vous pouvez sous-pondérer. Lorsque chaque titre de votre portefeuille représente le même poids, on parle d’équipondération.

Bon à savoir

En règle générale, on surpondère les titres qui ne présentent pas une dimension spéculative forte et sur lesquels on a une conviction forte. On a plutôt tendance à sous-pondérer les titres très spéculatifs.

Bien sûr, cette répartition n’est pas figée. Elle évolue en fonction des variations boursières mais aussi de vos convictions et de vos analyses. Une publication semestrielle, l’annonce d’un rachat, un facteur géopolitique : de nombreux éléments peuvent vous amener à revoir votre pondération. Même si vos lignes étaient équipondérées à l’origine, vous devrez régulièrement prendre vos gains ou renforcer certaines lignes car toutes ne connaissent pas la même dynamique de progression.

La démarche qui consiste à ajuster la répartition d’un portefeuille est appelée la repondération. Repondérer ses lignes est un réflexe de bonne gestion.

Comment faire pour repondérer ses lignes régulièrement ?

Il est recommandé d’effectuer cette démarche régulièrement, par exemple tous les six mois ou une fois par an. Vous pouvez ainsi mettre en place un rappel dans votre agenda afin de procéder à ces ajustements en fin d’année. Le principal est de repondérer les lignes de votre portefeuille à échéances régulières et de remettre en question – si besoin en est – vos hypothèses de départ.

Crédit photo : Getty images