A lire dans la même thématique

Les économies émergentes bientôt en danger ?

Le durcissement de la politique monétaire américaine n’est pas sans conséquences sur l’économie des pays émergents.

Les fonds qui font de la biodiversité leur univers d’investissement forment une catégorie prometteuse. Les épargnants peuvent donc leur faire une place en portefeuille.

10 novembre 2022

La Rédaction

Selon le Forum économique mondial, la moitié du PIB mondial dépend de la biodiversité et les investissements supplémentaires autour de ce thème représenteraient plus de 10.000 milliards de dollars d’ici à 2030. Depuis le sommet de la Terre de Rio de Janeiro de 1992, la préservation de la diversité est considérée comme l’un des enjeux essentiels du développement durable. Il aura toutefois fallu un quart de siècle pour que des gestionnaires s’emparent du sujet !

Dans une étude, les experts de Pictet AM avertissent : « La baisse de biodiversité est une menace aussi grave que le changement climatique. Un million d’espèces courent un risque imminent d’extinction, ce qui met en danger des écosystèmes critiques pour le maintien de la vie humaine sur Terre. » L’empreinte biodiversité des sociétés sélectionnées dans le fonds Pictet - Global Environmental Opportunities (code Isin : LU0503631714), dont la performance annualisée sur cinq ans est de + 9,8 %, est très inférieure à celles de l’indice MSCI All-Country World.

Le capital naturel n’est pas infini

L’ETF BNP Paribas Easy ESG Eurozone Biodiversity Leaders PAB (code Isin : LU2446381126), lui, suit un indice d’Euronext qui se compose de titres comme ASML Holding, Linde, EssilorLuxottica, Hermès International, Unilever, Pernod Ricard, Kering, SAP, Legrand et Vonovia. Swiss Life Funds (Lux) Equity Environment & Biodiversity Impact (code Isin : LU2349917364) mérite également d’être cité. Tout comme Echiquier Climate & Biodiversity Impact Europe (code Isin : FR0013517273). « Les énergies renouvelables, les technologies liées à la transition énergétique ou les ingrédients naturels, explique dans un reporting l’équipe de gestion du fonds, ont dernièrement souffert de la hausse des taux, alors que le pétrole, les mines ou les matériaux polluants ont surperformé… »

D’autres fonds ciblent le capital naturel et la protection des habitats des espèces vivantes, avec pour objectif de contribuer à l’intégration de pratiques plus durables et régénératrices dans de nombreux secteurs : agriculture, sylviculture, pêche, construction, biens de consommation, services aux collectivités, pharmacie, etc. UBAM - Biodiversity Restoration, dédié aux petites et moyennes capitalisations (code Isin : LU2351037960), Axa World Funds - ACT Biodiversity (code Isin : LU2429084655) et Fidelity - Sustainable Biodiversity (code Isin : LU2514100978) font partie de ceux qui doivent faire leurs preuves. De même que RobecoSAM Biodiversity Equities (code Isin : LU2539440995), qui favorisera la biodiversité au travers d’investissements à impact dans l’utilisation durable des terres, les réseaux d’eau douce, les systèmes marins et les produits traçables. « La protection de la biodiversité, souligne dans un communiqué David Thomas, l’un de ses gérants, est non seulement un moyen de sauvegarder la nature, mais aussi l’un des plus grandes opportunités d’investissement de notre époque. »