A lire dans la même thématique

Imposition des multinationales : que sait-on déjà ?

Où en sont les efforts internationaux des pays pour réformer la fiscalité mondiale des entreprises et instaurer un impôt minimum ?

Le taux d’intérêt du Livret A va se maintenir à 0,50% le 1er août prochain dans un contexte de hausse de l’inflation. Ce niveau de rémunération constitue son plus bas historique.

28 juillet 2021

Caroline de Francqueville

Chaque année en janvier pour une entrée en vigueur le 1er février, et en juillet pour une entrée en vigueur le 1er août, le Gouvernement a la possibilité de faire évoluer le taux du Livret A. Lorsque le Gouverneur de la Banque de France souhaite que le résultat de la formule de calcul du taux s’applique, le Gouvernement peut suivre cette recommandation ou y déroger.

Depuis plusieurs mois, une hausse du taux du Livret A ne semblait pas à l’ordre du jour alors que le Gouvernement demande aux Français de consommer une partie de leur épargne qui a gonflé ces derniers mois. Le taux de rémunération du Livret A restera donc à 0,5%.

Le contexte de la décision du taux du Livret A au 1er août 2021

Depuis le début de la crise sanitaire, les français ont beaucoup épargné. Ce sont plus particulièrement le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui en ont bénéficié. Le livret réglementé a en effet fait office de refuge pour l’épargne des Français qui apprécient sa sécurité et sa disponibilité.

Les épargnants ont donc majoritairement privilégié les produits sans risque. Le Livret A a ainsi enregistré des niveaux de collecte historique. Les montants déposés sur le livret A ont ainsi bondi de 16,74 milliards d’euros entre janvier et fin mai 2021. Ce succès a eu lieu alors même que le taux du Livret A et du LDDS n’offre qu’un rendement de 0,50 % depuis le 1er février 2020, son plus bas taux historique.

Mais le Gouvernement a toujours clairement dit qu’il souhaiterait que dans un but de relance économique, les ménages consomment une partie de cette épargne en soutenant plus particulièrement certains secteurs comme la restauration et le tourisme. En juin la collecte du Livret A a toutefois marqué le pas puisqu’elle a été nulle, selon les chiffres publiés mercredi 21 juillet 2021.

Le taux du Livret A conserve un taux plancher de 0,5%

Depuis le 1er février 2020 le taux du Livret A est à son niveau plancher de 0.50%, soit son plus bas historique et va le rester au-delà, à la suite de la décision du Gouvernement de ne pas le modifier le 1er août 2021.

La réforme de la formule de calcul applicable depuis le 1er février 2020 a introduit un taux plancher. Ainsi le taux du Livret A ne pourra pas être inférieur à un minimum absolu de 0,5 %. En pratique, si le taux qui ressort de la formule de calcul est inférieur à 0,5 %, c'est le taux plancher qui s'applique. Le taux du livret A ne peut donc pas descendre plus bas.

Etant donné le niveau actuel de référence de l’inflation et des taux court terme (€STR) qui entrent dans la formule, la rémunération du Livret A aurait pu encore baisser le 1er août 2021 s’il n’y avait pas ce taux plancher.

Le taux du Livret de développement durable et solidaire (LDDS est aligné sur celui du livret A. Il reste donc aussi fixé à 0.50 %.

Prochaine échéance pour le Livret A : le 1er février 2022

Le Livret A va continuer à ne plus protéger l’argent des épargnants contre l’inflation. Dans le contexte actuel de hausse de l’inflation, certains épargnants se demandent quand aura lieu la prochaine augmentation du Livret A ?

Le débat risque de ressurgir au début de l’année 2022, lors de la définition du taux du 1er février 2022. Cette période correspondra à la période électorale de l’élection présidentielle. Si l’indice des prix à la consommation évolue à la hausse, hausse liée au redémarrage économique suite à la crise sanitaire, il faut bien rappeler que pour que cette hausse impacte le calcul du taux de rémunération du Livret A, il faut qu’elle soit sensible sur une durée de plusieurs mois.

Comme à chaque échéance, le ministre de l’Economie a le pouvoir de ne pas suivre la recommandation du Gouverneur de la Banque de France. Il est bien connu que dans le passé le Gouvernement a souvent privilégié le politique au détriment du financier, mais la contexte économique devrait continuer à être très spécifique.

Crédit photo : Getty images