Carte bleue : ce qu’il faut savoir en vacances

Pour partir en vacances en Europe, il est possible d’utiliser sa carte bancaire sans surcoût particulier.

Extrait de la conférence live du 11 juin 2015 sur le thème « Budget : comment anticiper la rentrée ? », animée par Thomas Blard, avec Elodie Toustou, journaliste spécialisée chez Mieux Vivre Votre Argent et Laurence Allard, rédactrice en chef du magazine Le Point.

Laurence Allart – D’ailleurs, c’est la Fédération Bancaire qui l’a rappelé : quand nous avons une carte bancaire, il faut savoir que ce n’est pas plus cher de retirer de l’argent en Europe qu’en France. Beaucoup de gens ont peur et plutôt que de payer des frais supplémentaires, amènent de l’argent quitte à se faire voler ou à le perdre. En Europe, ce qui est moins vrai dans les autres pays, quand on retire de l’argent, c’est la même chose qu’en France, avec les mêmes conditions, donc sans frais.

Thomas Blard – Ce n’est pas comme le téléphone. Nous pouvons retirer dans un DAB, facilement, sans être obligés de passer la frontière avec trop de cash.

Laurence Allard – C’est nouveau, car ça ne l’était pas autrefois. Les Français se sont parfois fait piéger dans les années précédentes. Mais maintenant, c’est comme ça en Italie, en Espagne ou en Belgique par exemple.

Thomas Blard – C’est une bonne question : est-ce qu’il faut prendre du cash ou garder sa Carte Bleue, en attendant le téléphone portable qui permettra de payer ?

Laurence Allard – Mieux vaut, quand nous allons en Europe, prendre sa carte avec toutes les garanties liées à la celle-ci : si nous la perdons, pouvoir prévenir et autres (les remboursements etc…) plutôt que d’apporter du cash et se faire, hélas, voler son sac à main ou son porte-monnaie.

Elodie Toustou – Il y a une alternative aussi : il y a des cartes bancaires prépayées que nous pouvons créditer d’une certaine somme et partir avec, en vacances, si nous avons peur du vol ou de la perte de sa carte.

Laurence Allard – C’est une bonne solution pour les enfants, notamment.