Conseiller bancaire : quelle place pour la relation humaine avec les outils numériques ?

Le rôle du conseiller bancaire est en profonde mutation. Comment la relation entre le client et son conseiller va-t-elle évoluer ?

Extrait de la conférence live du 26 mars avec Elodie Toustou, journaliste spécialisée chez Mieux Vivre Votre Argent et Adrien Pigeot, consultant Banque Digitale chez CAPA Invest, un cabinet de conseil spécialisé dans le monde de l’assurance et de la banque.

Il est beaucoup question de technologie, d’outils, d’algorithmes... Est-ce que l’humain va garder une place dans la relation qu’on peut avoir avec un conseiller ? Que ce soit son banquier ou quelqu’un d’autre… ?

Adrien Pigeot – C’est là où la différence se fait aujourd’hui pour les acteurs de la banque en ligne. Ils sont tous adossés à de grands groupes. La différenciation est là : avoir tout sous la main pour être informé est une chose, mais il faut aussi pouvoir contacter quelqu’un facilement. Ils travaillent tous sur des mécaniques de chat, de centres d’appels, des mails, etc… On a à peu près un bon panel même si le rendez-vous en agence n’existe plus.

Quand le client a accès à une certaine information, c’est à dire le panorama de son compte en banque, le banquier, lui, n’a pas accès à cette information. Pourquoi ne pas lui donner accès pour éventuellement me conseiller ou mieux me piloter ?

Adrien Pigeot – C’est un sujet en cours de réflexion, de discussion… Aujourd’hui, l’idée est de donner au consommateur un outil qui lui permet de mieux gérer son argent seul.

Thomas Blard – Sans aide ? Si votre banquier vous appelle pour vous dire qu’il faut arrêter de sortir en boîte ou au restaurant par exemple, comment le prendriez-vous ?

Adrien Pigeot – Peut-être pas très bien justement. L’idée est donc de garder une muraille pour sa vie personnelle. Nous n’avons pas envie de tout dire à notre banquier même si nous devons lui dire un certain nombre de choses.