• Compte Bancaire
    Jusqu'à 130€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire
    et d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016 :

       80€ offerts* pour votre Compte Bancaire
    + 50€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank
       *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 50€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/03/2017
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 20 décembre 2016
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 16 janvier 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garantis en capital.
    *Offre soumises à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 janvier 2017

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un
    compte-titres, d'un PEA et/ou d'un
    PEA-PME jusqu'au 4 janvier 2017*
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    2 000 fonds
    Sans droits d'entrée

    Avec plus de 80 sociétés de gestion françaises
    et internationales référencées

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    Exclusif : votre prêt personnel BforBank

    BforBank vous propose, avec son partenaire CrédutLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

      En savoir plus

  • L'argent, on en parle

Coût des niches fiscales revu à la baisse par le gouvernement

Les dépenses fiscales atteindront 65,3 milliards d'euros en 2011, contre 74,8 milliards en 2010. Mais cette réduction n'est quasiment pas due aux mesures d'économies.

Coût niches fiscales

Le coût des 453 dépenses fiscales recensées dans les documents budgétaires publiés hier atteindra 65,3 milliards d'euros en 2011, selon le gouvernement, contre 74,8 milliards estimés pour 2010 (pour 468 dépenses). Pour autant, la différence ne correspond pas, loin de là, aux 10 milliards d'euros d'économies sur les niches fiscales et sociales figurant dans les budgets de l'État et de la Sécurité sociale. Le gouvernement reconnaît que la réduction des niches fiscales, au sens strict du terme, ne produira pas plus de 800 millions d'euros d'économies l'an prochain. Cela ne signifie pas que les économies sont virtuelles mais qu'elles figurent en majorité dans le champ social et que le champ des avantages fiscaux dépasse, de très loin, ce que l'on a coutume d'intégrer dans l'enveloppe officielle des "dépenses fiscales".

Changement de méthodologie

Ainsi, la plupart des niches que le gouvernement se propose de réduire ou de supprimer ne sont pas officiellement reconnues comme telles. La TVA réduite sur les offres "triple play", par exemple, n'est pas décomptée dans les 453 dépenses fiscales. Si la mesure permet à l'État de récupérer 1,1 milliard, elle ne réduit pas le montant officiel de ces dépenses. Seules certaines mesures y contribuent en 2011 : la suppression du crédit d'impôt sur les dividendes (600 millions), la réduction du crédit d'impôt photovoltaïque (150 millions), le recentrage du dispositif ISF PME (35 millions) ou encore la limitation des dépenses de rénovation écologique du logement.

Deuxième explication : le gouvernement a "déclassé" certaines niches fiscales - qui deviennent de simples modalités de calcul de l'impôt - ou révisé leur coût en forte baisse. Ainsi, quatre dispositifs relatifs à l'épargne (exonération des plans d'épargne retraite et de prévoyance complémentaire, etc.) ne sont plus considérés comme des dépenses fiscales, ce qui réduit l'enveloppe des dépenses fiscales de plus de 1 milliard d'euros. Quant à l'exonération de l'assurance-vie, son coût est révisé de 3 milliards à… 1 milliard d'euros, sur les recommandations de l'Inspection des finances. "Cette diminution s'explique par un changement de méthodologie de chiffrage de la dépense fiscale, qui permet de mieux appréhender la réalité de son coût", indique le gouvernement.

La fin des mesures de relance joue elle aussi à plein : la suppression du remboursement anticipé du crédit d'impôt recherche (sauf pour les PME), en particulier, réduira la facture de cette niche de 2,7 milliards l'année prochaine.

Au final, la niche la plus coûteuse reste la TVA à 5,5% pour la rénovation des bâtiments (5 milliards), devant la TVA à 5,5 % pour la restauration (3,13 milliards), dont le coût est désormais supérieur à celui de la prime pour l'emploi (2,98 milliards).

Etienne LEFEBVRE et Lucie ROBEQUAIN