• Compte Bancaire
    Jusqu'à 120€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire et d’un Livret d’épargne BforBank jusqu'au 18 octobre 2017

    80€ offerts* pour votre Compte Bancaire BforBank
    + 40€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 40€ offerts* sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/01/2018.
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 18 octobre 2017.
    *Voir conditions de l'offre

  • Assurance-vie
    100€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 09 novembre 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 31 décembre 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 09 novembre 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80€ offerts
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 31/12/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 09 novembre 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

  • Crédit immobilier
  • Le Mag
 
BforBank
L'épargne investie dans un contrat d'assurance-vie est disponible à tout moment. Le souscripteur a en effet la possibilité d'opérer des rachats partiels...

Le rachat sur une assurance-vie, qu'il soit partiel ou total, implique des incidences fiscales non négligeables selon la durée de vie du contrat. Ainsi, l'opération de rachat doit-elle être réalisée en cohérence avec la stratégie patrimoniale définie à l'ouverture du contrat d'assurance-vie.

La définition générale

Le rachat de tout ou partie des sommes investies dans un contrat d'assurance-vie est l'opération par laquelle le souscripteur prélève son épargne avant le terme du contrat. En pratique, cela se traduit par le retrait de tout ou partie des sommes placées.

Deux catégories de rachats d'assurance-vie

Il est possible, selon les contrats, d'effectuer des rachats libres ou des rachats programmés :

Assurance-vie : les rachats libres

Les rachats d'assurance-vie, qu'ils soient libres, totaux ou partiels, s'effectuent à la discrétion du souscripteur, à n'importe quel moment de la vie du contrat.

Assurance-vie : les rachats programmés

Les rachats d'assurance-vie programmés sont toujours des rachats partiels, réalisés selon un échéancier précis. Le choix de ce mode de rachat doit tenir compte des objectifs patrimoniaux et de la fiscalité des rachats pour être véritablement efficace dans le cadre de l'obtention de revenus supplémentaires.

Valeur des rachats ou retraits sur un contrat d'assurance-vie

L'assureur a obligation, par le Code des assurances, de communiquer au souscripteur la valeur de rachat au terme des huit premières années au moins.

La valeur de rachat représente le montant minimum garanti par l'assureur au souscripteur qui désire récupérer tout ou partie de son épargne. Elle indique, pour une somme investie, la somme récupérable après application des différents frais par l'assureur.

Quelle fiscalité appliquer ?

Les règles fiscales avantageuses de l'assurance-vie permettent, selon les cas, d'effectuer des rachats peu ou non imposés. Après huit ans, en effet, en cumulant le choix judicieux du mode d'imposition (impôt sur le revenu ou - sur option du contribuable - le prélèvement forfaitaire libératoire) et les abattements légaux, il peut être possible de réaliser des retraits totalement exonérés d'impôt sur le revenu.

Ensuite, lorsque le rachat de l'assurance-vie est soumis à imposition, seule la part du rachat qui correspond aux gains (intérêts / produits capitalisés) est taxable, et non la partie correspondant au capital. De fait, l'impôt à payer ressortira souvent comme réduit au regard des sommes récupérées lors du rachat.

Ces règles fiscales doivent entrer en compte dans la décision de rachat, afin d'optimiser la quantité d'épargne nette disponible ainsi récupérée.

A noter que les rachats sont totalement exonérés d'impôt sur le revenu, quelle que soit la durée du contrat, s'ils sont effectués à la suite de la survenance de certains évènements limitativement énumérés par la loi : licenciement, cessation d’activité non salariée suite à un jugement de liquidation judiciaire, mise à la retraite anticipée ou invalidité de 2eou 3e catégorie. Ces rachats demeurent néanmoins soumis aux prélèvements sociaux, à l’exception de la survenance d’une invalidité.