Bourse : l'actionnariat

Le fait de détenir des actions de sociétés cotées ou non-cotées entraîne l’appartenance à l’actionnariat. A cette appartenance sont attachés des droits et des devoirs de l’actionnaire.

Bourse : l'actionnariat

Définition de l’actionnariat

L’actionnariat est une communauté d’investisseurs qui peut prendre plusieurs formes : actionnariat individuel, institutionnel, salarié, familial. Détenir une action donne à son propriétaire la qualité d’actionnaire.
Etre actionnaire, c’est donc faire partie de l’actionnariat. Bien que l’actionnariat existe au sein des entreprises non-cotées, le terme actionnariat est associé plus généralement à l’ensemble des entreprises inscrites en Bourse. Enfin, l’actionnariat ne concerne que les sociétés par actions dont la forme juridique la plus connue est la Société anonyme (SA).

Rôle de l’actionnariat

Les entreprises ont besoin de capitaux pour leur développement. De leur côté, les particuliers et les institutions financières cherchent à rémunérer leur épargne autrement que par des placements à revenus fixes (obligations). L’actionnariat joue alors un rôle essentiel en finançant les sociétés qui entrent en Bourse pour bénéficier de ce financement.

L’actionnariat classique

Il existe 2 grandes catégories d’investisseurs en actions.

Les actionnaires individuels

Ils représentent l’ensemble des particuliers qui détiennent un portefeuille de valeurs mobilières (actions, obligations, etc.), qu’ils gèrent eux-mêmes (l’essor des courtiers en ligne a accéléré le développement de cette forme d’actionnariat). Leur gestion peut être également déléguée à un Organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), ou effectuée au travers d’une enveloppe fiscale comme le Plan d’épargne en actions (PEA).

Cette forme d’actionnariat est couramment appelée « actionnariat populaire ».
 

Les actionnaires institutionnels


Appelés plus communément « investisseurs institutionnels », ils représentent les différentes institutions financières, actionnaires d’entreprises cotées en Bourse. Ces investisseurs regroupent essentiellement :

  • l’Etat, actionnaire de grandes entreprises françaises comme EDF, France Télécom, Areva etc. ;
  • les banques, les caisses de retraite, les compagnies d’assurances ainsi que la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui sont actionnaires en direct ou par le biais d’OPCVM ;
  • les investisseurs étrangers, actionnaires par l’intermédiaire de fonds de pension.

 

Actionnariat salarié et actionnariat familial

En plus de l’actionnariat classique, il existe 2 autres formes d’actionnariat.

L’actionnariat salarié

En France, depuis les années 1980, les pouvoirs publics ont incité les salariés des entreprises concernées à souscrire massivement aux actions de leur propre société. Ainsi le concept d’actionnariat salarié s’est particulièrement développé au sein des entreprises.

Etre actionnaire salarié permet :

  • de bénéficier des avantages fiscaux dans le cadre d’un Plan d’épargne entreprise (PEE), que l’investissement dans les actions de l’entreprise soit réalisé en direct ou au travers d’un Fonds commun de placement d’entreprise (FCPE).
  • d’exercer les mêmes droits qu’un actionnaire classique (voir l’article consacré aux actions) ;

L’actionnariat familial

L'actionnariat familial représente un ensemble d’actionnaires appartenant à la même famille.
Cet actionnariat exerce une influence forte dans les sociétés dites « familiales » dans le but de pérenniser l’entreprise et de pouvoir la transmettre aux générations suivantes.

L’actionnariat et ses droits

L’ensemble des actionnaires, du fait de leur statut, bénéficient des droits suivants :

  • droit de participer et de voter aux assemblées générales ;
  • droit de participation aux bénéfices et droit aux dividendes ;
  • droit à participer à une augmentation de capital ;
  • droit à l’information sur la vie de l’entreprise.