A lire dans la même thématique

Quel budget prévoir pour les études supérieures de son enfant ?

Les études supérieures, ça coûte cher ! Logement, nourriture, école, frais de scolarité… Poste par poste, comment estimer au mieux le budget nécessaire pour un étudiant ?

Le contrôle de la sécurité des moyens de paiement se renforce. L’authentification forte, mise en place récemment, commence à porter ses fruits, et la fraude sur Internet en est grandement impactée.

21 septembre 2022

La Rédaction

Après un trou d’air en 2020, le volume et le montant des transactions ont bondi de +10% en 2021 par rapport à 2019, 28 milliards de transactions pour plus de 42 000 milliards d’euros. Dans ce contexte, la toute dernière édition du rapport de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement fait état d’une baisse de la fraude en France sur les paiements par Internet.

Une baisse de la fraude…

Le montant global de la fraude aux moyens de paiement s’établit à 1,2 milliard d’euros. Le rythme de croissance de la fraude est "très inférieur à celui des flux de paiement", se félicite l’Observatoire. La fraude à la carte, en particulier, diminue fortement et atteint son taux historique le plus bas : 0,059% (y compris retraits).

Ce chiffre est d’autant plus remarquable que les paiements par carte progressent fortement : "Pour la première fois, la carte dépasse le chèque en montant et devient le troisième instrument de paiement scriptural dans les montants échangés derrière le virement et le prélèvement." La carte bancaire est par ailleurs le moyen de paiement le plus utilisé en nombre de transactions, représentant 57%. Reflet de la progression des usages innovants, les paiements par carte sans contact ont encore connu une forte croissance en 2021 (+43%).

…qui s’explique par l’authentification forte

Cette hausse relativement contenue de la fraude aux moyens de paiements est notamment permise par la généralisation de l’authentification forte. Cette nouvelle modalité de vérification de l’authenticité des paiements découle directement de la directive européenne DSP2 transposée en droit français.

Pour rappel, l’authentification forte repose sur une triple identification comprenant un élément que seul le client connaît (ex. un code secret), un élément que seul le client possède (ex. son smartphone) et une caractéristique personnelle du client (ex. son empreinte digitale).

Bon à savoir

Envie d’en apprendre davantage sur la directive DSP2 ? Faites le point sur tous les changements induits par cette nouvelle réglementation avec Le Mag.

De nouvelles menaces à surveiller

L’Observatoire attire cependant l’attention : "les menaces sur les moyens de paiement évoluent, avec notamment le développement concomitant de techniques de fraude par "manipulation" des clients et de campagnes d’usurpation d’identité de plus en plus élaborées."

En complément de l’authentification forte, cette émanation de la Banque de France recommande donc de recourir à des solutions sécurisées d’identité numérique. Ces solutions permettraient de sécuriser des étapes clés du parcours bancaire des clients, telles que la connexion à l’espace client, l’ouverture d’un nouveau compte ou encore le changement de coordonnées.

Vous avez l’habitude de réaliser vos achats sur internet ? Retrouvez tous nos conseils de sécurité internet dans un guide complet.

Crédit photo : Getty Images