A lire dans la même thématique

Retraits sur un PEA : que faut-il savoir ?

Les conséquences fiscales d’un retrait sur un PEA sont très variables selon l’ancienneté de votre plan. Comment l’optimiser ?

Maitrisez-vous les principaux aspects du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus financiers de votre compte-titres ?

Depuis le 1er janvier 2018, les intérêts, coupons obligataires, dividendes, et assimilés, les plus-values de cession de valeurs mobilières ont le même régime fiscal : une imposition de 30 % prélèvements sociaux inclus. Subsiste toutefois une option pour le barème progressif sous certaines conditions strictes. Décryptage pour connaître le nouveau dispositif fiscal.

Un taux global, prélèvements sociaux inclus

Le prélèvement forfaitaire unique ou PFU est au taux global de 30 %. Il est donc forfaitaire, et ne dépend pas de la tranche marginale d'imposition du contribuable.

Il se décompose ainsi :

  • 12,80 % au titre de l’impôt sur le revenu (IR)
  • 17,20 % au titre des prélèvements sociaux (PS).

Impacts du Prélèvement forfaitaire unique

Selon leur catégorie à laquelle ils appartiennent, l’application du PFU aux revenus qui entrent dans son champ d’application a différents impacts sur leur imposition. Citons notamment :

  • la non application de l’abattement de 40 % sur les dividendes,
  • la non déductibilité de la CSG,
  • la non application de l’abattement pour durée de détention pour les plus-values.

La possibilité d’une option annuelle pour le barème progressif

Le contribuable devra déclarer ses revenus de capitaux mobiliers même si ils ont été soumis au PFU et lors de cette déclaration  annuelle il pourra d'opter si cela est plus intéressant pour lui pour une imposition au barème progressif, renonçant ainsi au PFU.
Attention cette option annuelle est globale, elle concerne l’ensemble des revenus entrant dans le champs d’application du PFU) et irrévocable.

Impacts de l’option pour le barème

Le contribuable qui souhaite opter pour le barème progressif, devra en connaître les conséquences et privilégier une simulation pour effectuer son choix :

  • application de l’abattement de 40 % sur les dividendes
  • déductibilité de la CSG (au taux de 6,8 %)
  • application de l’abattement pour durée de détention pour les plus-values de cession de titres acquis avant le 1er janvier 2018.

Les conditions d’application du PFU

Les modalités d’application du PFU sont différentes selon la catégorie des revenus.

En pratique pour les intérêts de livrets, coupons d’obligations ou les dividendes c’est lors de leur versement qu’intervient le prélèvement. En revanche les plus-values de de cessions de valeurs mobilières restent imposables au PFU l’année suivant la cession : leur imposition fait suite à la déclaration des revenus et de l’imputation des éventuelles moins-values.

Ensuite certains contribuables remplissant les conditions requises de niveau de revenu fiscal de référence, ont pu demander à être dispensés du prélèvement fiscal de 12,80 %. Pour eux, l’ajustement nécessaire à l'application de ce PFU ou de l’application du barème progressif sera si nécessaire, effectué par l’administration fiscale lors de l'établissement de l'impôt sur le revenu.

Quels sont les principaux revenus du patrimoine exclus du champs d’application du PFU

Pour rappel, sont notamment exclus du champs d’application du PFU :

En revanche rentrent dans son champs d’application les intérêts de PEL, ou les gains imposables lors d’un retrait d’un contrat d’assurance-vie afférents aux primes versées depuis le 27 septembre 2017, avec des modalités d’application complexes.

Crédit photo : Filograph