A lire dans la même thématique

Les économies émergentes bientôt en danger ?

Le durcissement de la politique monétaire américaine n’est pas sans conséquences sur l’économie des pays émergents.

Emboîtant le pas à la Banque centrale européenne et à la Federal Reserve américaine, la Banque d’Angleterre a, à son tour, annoncé une hausse de taux.

18 novembre 2022

La Rédaction

La Bank of England (BoE) a annoncé, jeudi 3 novembre 2022, une nouvelle hausse de ses taux directeurs pour lutter contre l'inflation, la plus forte depuis 1989. Toutefois, l'institution monétaire s'est montrée prudente quant à l'ampleur des futurs relèvements.

Bon à savoir

Vous souhaitez profiter de toutes les opportunités de marché ? Avec la Bourse par BforBank, construisez votre stratégie d'investissement en bourse avec des outils performants et gratuits.

Nouvelle hausse de taux pour lutter contre l’inflation

C’est donc une hausse de 0,75 point de pourcentage qui a été annoncée par la BoE début novembre. Une première depuis octobre 1989. Le taux directeur de la banque central britannique est ainsi porté à 3%, soit son plus haut niveau depuis la crise financière de 2008.

En frappant fort, la Banque d’Angleterre cherche à prévenir tout emballement de l’inflation. Mais elle sait aussi que ses marges de manœuvre seront peut-être plus limitées à l’avenir, alors que plane le spectre d’un ralentissement de l’économie britannique.

Une économie britannique fragilisée

D’après les données de l’Office des statistiques nationales publiées le 11 novembre, l’économie britannique s’est contractée de 0,2% au troisième trimestre. Et cette dégradation pourrait se poursuivre d’après de nombreux économistes, plongeant le Royaume-Uni dans la récession.

Bon à savoir

On parle de récession lorsqu’une économie connaît deux trimestres consécutifs de recul du produit intérieur brut (PIB).

Des factures de gaz et d’électricité multipliées par deux, des taux d’intérêt sur les emprunts immobiliers multipliés par quatre, une inflation supérieure à 10% : de nombreux facteurs pèsent sur le pouvoir d’achat des ménages et menacent la consommation. Résultat, les dépenses des ménages ont baissé de 0,5% au troisième trimestre. Les secteurs de l’habillement, de l’ameublement, des biens d’équipement pour la maison et des loisirs sont particulièrement touchés.

Une BoE plus prudente quant à de futures hausses de taux

Dans ce contexte, la BoE a laissé entendre que le rythme du resserrement monétaire pourrait ralentir, contrairement à la Federal Reserve (Fed) qui envisagent de poursuivre ses hausses de taux. La différence entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni ? Ce dernier est impacté par la guerre en Ukraine et l’envolée des prix du gaz.

Dans ce contexte, le gouvernement britannique a annoncé une intervention sur le marché de l’énergie afin de soutenir les ménages comme les entreprises. Parallèlement, le nouveau projet budgétaire et fiscal présenté par le ministre des Finances britannique, Jeremy Hunt, pourrait avoir un effet déflationniste en mêlant hausses d’impôts et baisse des dépenses publiques.

Le pic d’inflation devrait être atteint en décembre, avec un chiffre de 11%. C’est moins que les estimations du mois d’août 2022, qui anticipaient une inflation à 13% en fin d’année.