A lire dans la même thématique

Compte bancaire piraté : comment réagir ?

Usurpation d’identité, fraude en ligne : de nombreuses situations peuvent conduire à un piratage du compte bancaire. Le point sur les formalités et les bonnes pratiques pour éviter les arnaques.

A partir de 60 ans, l’horizon d’investissement n’est plus tout à fait le même. Tour d’horizon des meilleurs placements pour seniors.

A partir de 60 ans, l’horizon d’investissement n’est plus tout à fait le même. Cela implique de passer en revue ses différents placements pour ne conserver que ceux qui sont le plus adaptés. Tour d’horizon des meilleurs placements pour seniors.

Pour faire face à la baisse de revenus à l’âge de la retraite, vous pouvez faire appel à votre patrimoine. A condition, bien sûr, que celui-ci vous procure des revenus sûrs et réguliers. Où placer son argent, que faut-il faire avec son épargne passé 60 ans ? Découvrez tous nos conseils pour optimiser vos placements et votre épargne.

Recherchez un complément de revenus sûr et régulier

Dans une stratégie patrimoniale, il est souvent suggéré d’acquérir sa résidence principale avant 60 ans. A la clé, un avantage important : à l’âge de la retraite, votre emprunt immobilier est généralement remboursé en intégralité ou sur le point de l’être.

Vous économisez un loyer… mais il est souvent nécessaire de faire appel à d’autres sources de revenus pour assumer les dépenses mensuelles incompressibles (eau, électricité, abonnements et assurances…). D’autant qu’à partir de 60 ans, de nouveaux projets se profilent : voyager, pratiquer de nouveaux loisirs, aider ses enfants… Vous avez alors besoin d’un complément de revenus à la fois sûr et régulier.

Visez la simplicité avant tout

L’immobilier locatif semble particulièrement adapté à ce besoin. Les loyers encaissés chaque mois représentent des revenus récurrents, malgré le risque de vacance locative. De plus, l’immobilier est relativement encadré, lui conférant une certaine prévisibilité (durée de location, évolution des loyers…).

Pourtant, l’immobilier en direct peut s’avérer chronophage, en raison des formalités liées à la recherche d’un locataire et la gestion locative. Un inconvénient qui peut décourager certains épargnants de plus de 60 ans qui n’ont qu’une seule envie : pouvoir profiter d’une retraite bien méritée. En outre, le risque d’impayés ne doit pas être sous-estimé et les assurances qui permettent de se prémunir contre ce risque ont un coût.

Autre alternative, vous pouvez alors vous tourner vers la pierre-papier, accessible notamment via votre contrat d’assurance-vie.

Bon à savoir

Le contrat d’assurance-vie BforBank Vie vous donne accès à 8 SCPI et 2 OPCI. Ces investissements sont des unités de compte et les montants investis sont susceptibles de perte en capital.

Avec l’immobilier locatif, l’assurance-vie est un placement phare à la retraite en raison de sa fiscalité avantageuse et de sa grande souplesse. Vous pouvez ainsi effectuer des rachats partiels en fonction de vos besoins et dans un cadre fiscal privilégié (abattements annuels de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple). Vous pouvez aussi opter pour des rachats programmés qui peuvent être revus à la hausse, par exemple en cas de perte d’autonomie. Enfin, vous avez la possibilité de convertir le capital en rente viagère, comme pour les produits d’épargne retraite.

Bon à savoir

Plus vous avancez en âge, plus il est recommandé de faire évoluer la répartition de votre contrat vers des actifs plus sécurisés (fonds en euros, fonds diversifiés…) car vous êtes susceptible de vouloir retirer votre argent à plus court terme.

Organisez la transmission de votre patrimoine

L’assurance-vie est exonérée de taxation jusqu’à un certain seuil. L’exonération des capitaux transmis peut ainsi atteindre 152 500€ par bénéficiaire. N’oubliez pas que l’assurance-vie reste un très bon outil pour préparer sa transmission, même après ses 70 ans, date où le régime fiscal diffère. Si les sommes versées après 70 ans sont réintégrées à la succession du souscripteur après un abattement unique de 30 500 €, à partager entre les bénéficiaires, la totalité des gains générés par les versements ne sont pas fiscalisés.

Le démembrement de propriété peut également être envisagé, tant pour votre résidence principale que pour votre patrimoine locatif. Notamment lorsque celui-ci est détenu en société civile immobilière (SCI).

Les donations peuvent opportunément venir compléter cette stratégie. Toutefois, évitez de vous séparer trop rapidement de votre patrimoine au risque de ne pas pouvoir compter sur votre épargne en cas de coup dur.

Crédit photo : Getty images