• Compte Bancaire
    Jusqu'à 120€ offerts

    Pour une 1ère ouverture d'un Compte Bancaire et d’un Livret d’épargne BforBank jusqu'au 05 septembre 2017

    80€ offerts* pour votre Compte Bancaire BforBank
    + 40€ offerts* pour votre Livret d'épargne BforBank

    *Offres soumises à conditions

  • Livrets
    3% pendant 2 mois

    jusqu'à 75 000€*. Et 40€ offerts sur le Livret d'épargne BforBank
    en maintenant un encours min. de 20 000€ jusqu'au 31/12/2017.
    Pour une 1ère ouverture d'un Livret jusqu'au 05 septembre 2017.
    *Offres soumises à conditions

  • Assurance-vie
    150€ offerts*

    Pour une première adhésion au contrat BforBank Vie
    jusqu'au 31 août 2017 avec un versement initial minimum
    de 3 000€ dont 25% minimum investis en unités de compte
    non garanties en capital. 
    *Offre soumise à conditions

  • Bourse
    1 000€ de courtage remboursés
    jusqu’au 30 septembre 2017 et 80€ offerts

    pour une 1ère ouverture ou transfert d'un compte-titres, 
    d'un PEA et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 05 septembre 2017* 
    *Offre soumise à conditions

  • OPCVM
    80€ offerts
    et 1 000€ de courtage remboursés *

    jusqu'au 30/09/2017 pour une 1ère ouverture
    ou transfert d'un compte-titres, d'un PEA
    et/ou d'un PEA-PME jusqu'au 05 septembre 2017

    *Offre soumise à conditions

  • Crédit conso
    Vos projets n'attendent pas !

    BforBank vous propose, avec son partenaire CréditLift,
    une solution de financement flexible qui s'adapte
    à vos envies, vos besoins et votre situation.

    Un crédit vous engage et doit être remboursé.
    Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

  • Crédit immobilier
  • Le Mag
A lire dans la même thématique

Comment Euronext modernise ses marchés

Exit le Marché libre et Alternext, place à Euronext Access et Euronext Growth

Fin juin, selon Six Financial Information France, les encours de la gestion collective tricolore rassemblaient 805,4 milliards d’euros.

17 août 2016

Michel Lemosof

Par rapport au premier trimestre, le marché des organismes de placement collectif enregistre une baisse de 0,8 %, soit 6,9 milliards d’euros de moins.

Les résultats trimestriels des gestions obligataires sont positifs, « étoffant » encore un peu plus les scores précédents. Les portefeuilles profitent de la réduction des rendements des emprunts d’État, accélérée par le « flight to quality » post-Brexit. Les performances vont de + 0,9 % pour le compartiment obligations euro à + 3,9 % pour le compartiment pays émergents, en passant par un score de + 1,3 % pour le compartiment haut rendement.

Du côté des actions, les résultats sont « hétérogènes ». Avec un recul de 6 % en juin, les fonds spécialisés sur l’Europe accusent une baisse trimestrielle de 2,3 %. Les gestions de valeurs nord-américaines (+ 3,4 %), asiatiques (+ 3,3 %) ou émergentes (+ 3,3 %) offrent des résultats « plus intéressants ». Dans le segment monétaire, les gestions pouvant « se targuer » de délivrer des rendements positifs sont de plus en plus rares.

« Un peu plus de neuf fonds sur dix de la catégorie trésorerie court terme affichent une valeur liquidative en repli sur le trimestre, font observer les experts de Six Financial Information France. La proportion atteint désormais un fonds sur deux en catégorie trésorerie (longue). Le segment obligataire euro très court terme, où certains portefeuilles ont le statut d’équivalent cash, offre encore des opportunités : moins de trois fonds sur dix délivrent une performance négative. »

Le monétaire toujours n° 1

Toutes classes d’actifs confondues, l’effet marché (dû aux variations des prix des actifs) s’est traduit par un gain de 477 millions d’euros de fin mars à fin juin. En ce qui concerne la collecte nette, la seconde moitié du semestre écoulé aura été favorable à un retour des flux d’achat vers les obligations. Le compartiment actions aura surtout été animé par des arbitrages « géographiques ».

Les fonds de valeurs des marchés émergents (924 millions d’euros d’entrées) ont profité de ces opérations, au détriment des fonds de valeurs européennes (1,2 milliard d’euros de sorties). Les SICAV et fonds obligataires ont collecté plus de 2,4 milliards d’euros en trois mois (dont plus de 900 millions pour Carmignac Gestion). Les SICAV et fonds actions ont subi des demandes de rachat à hauteur de 665 millions d’euros.

La classe monétaire a fait l’objet de 6,4 milliards de retraits nets. Avec un encours de 292,6 milliards d’euros, elle affiche une diminution de 1,9 % au deuxième trimestre. Le segment a crû de 4,5 % en six mois. Malgré des rendements négatifs ou proches de zéro, il reste le plus important de l’industrie de la gestion collective tricolore, avec 36,3 % de part de marché, loin devant les catégories actions (25,3 %) et les catégories obligations (14,3 %).