A lire dans la même thématique

Réduction des niches fiscales : les particuliers épargnés

Pour financer les baisses d’impôts des particuliers, le Gouvernement compte réduire certaines niches fiscales, en ciblant les entreprises.

Depuis le début de l'année, on note un net rebond des actifs risqués et des rendements des emprunts d'état orientés à la baisse. Décryptage.

Depuis le début de l’année, les marchés financiers se caractérisent par :

(1) un net rebond des actifs risqués. Les indices actions affichent des performances à deux chiffres au premier trimestre.

(2) du côté des emprunts d’Etat, les rendements sont restés orientés à la baisse. Le taux à 10 ans allemand est passé en territoire négatif pour la première fois depuis 2016. Aux États-Unis, le marché anticipe même une baisse des taux de la Réserve fédérale (Fed) cette année.

Le changement de ton de la Fed a porté les marchés. Les incertitudes pesant sur la croissance mondiale et l’absence de pression inflationniste ont incité les grandes banques centrales à adopter un ton beaucoup plus accommodant. Les prévisions de croissance ont en effet été révisées à la baisse dans les principales économies. Ces révisions ont été particulièrement importantes dans la zone euro, pénalisée par le ralentissement du commerce mondial.

Nous pouvons désormais considérer que la normalisation des politiques n’est plus à l’ordre du jour des grandes banques centrales. Ce changement de cap plaide pour des taux bas sur une période plus longue.

  • La BCE a modifié sa "forward guidance" : les taux devraient rester à leurs niveaux actuels au moins jusqu'à la fin de 2019. La BCE a également annoncé de nouveaux financements pour les banques (TLTRO).
  • La patience et la prudence sont devenues les maîtres-mots de la Fed. Elle est en mode "wait and see". Les membres du FOMC s'attendent à ce que les taux demeurent inchangés cette année.

Les valorisations sont désormais moins attrayantes qu’en début d’année. Toutefois, cet environnement de taux d’intérêt bas favorisera la recherche de rendements et d’actifs risqués tant que les investisseurs resteront convaincus de la perspective de croissance et ne s’attendent pas à une nouvelle détérioration des perspectives économiques.

À l'avenir, les perspectives macroéconomiques joueront un rôle clé. Les mesures de relance budgétaire prises par la Chine pourraient contribuer à stabiliser la détérioration du cycle manufacturier mondial. La Chine joue en effet un rôle clé dans la chaîne d'approvisionnement mondiale. Les derniers PMI chinois ont dépassé les attentes et rassuré les marchés. À plus long terme, la dynamique de la consommation américaine sera un enjeu pour les marchés mondiaux. Les risques politiques (Brexit, guerre commerciale) sont également à surveiller.

Crédit photo : Amundi Asset Management