A lire dans la même thématique

3 assurances à connaître pour un investissement locatif

Vous êtes propriétaire bailleur et souhaitez protéger votre investissement ? Découvrez trois assurances incontournables.

En juin, l’optimisme des investisseurs a été soutenu par des indicateurs économiques bien orientés. Décryptage.

07 juillet 2020

Amundi Asset Management

Bonjour et bienvenue dans ce point marchés du mois de juillet.

On a vu les investisseurs, lors du mois de juin, plutôt optimistes et cet optimisme a été soutenu par des indicateurs économiques qui ont été plutôt bien orientés, par un climat de confiance qui s’est nettement amélioré dans la phase de confinement mais surtout, par le fait que les autorités et, au premier rang, les banques centrales, restent à la manœuvre pour soutenir les conditions de crédit.

Sur le front du virus, on voit une résurgence du nombre de contaminations à l’échelle mondiale. La seule bonne nouvelle, c’est que la détente se confirme du côté du continent européen.

Les indicateurs économiques sont mieux orientés mais ce qui a surtout retenu l’attention au cours du mois de juin, ce sont les indices de climat des affaires qui se sont très nettement améliorés, notamment en France dans le secteur des services, et qui confirment que la période de déconfinement va s’accompagner d’un rebond mécanique de la croissance au cours du troisième trimestre.

Enfin, sur le front des banques centrales, on les voit toujours à la manœuvre à l’échelle mondiale. Vous avez, d’un côté, la Réserve fédérale américaine qui continue de dire qu’elle fera tout ce qu’il faut pour maintenir des conditions de crédit accommodantes et qui appelle ouvertement le Congrès américain à voter de nouvelles mesures de stimulations budgétaires. Cela passera probablement par un vote dans le courant du mois de juillet et par l’envoi des nouveaux chèques directement aux ménages américains par le Trésor américain. Du côté de la Banque centrale européenne, on a eu une extension, comme attendu, du programme d’achat de titres d’urgence et également un très vif succès rencontré par les opérations de crédits aux banques octroyés par la Banque centrale européenne. Ce sont des opérations qui rencontrent un succès d’autant plus grand que les taux d’intérêt sont négatifs. Cela veut dire, en pratique, que la Banque centrale européenne rémunère les banques pour qu’elles continuent à faire du crédit aux acteurs privés, donc aux ménages et aux entreprises et c’est la raison pour laquelle on voit un très bon soutien du crédit au secteur privé du côté des pays de la zone euro et ce, d’autant plus qu’il y a tout un ensemble de mesures de garanties qui ont été apportées par les autorités au cours des derniers mois. Ces nouvelles viennent soutenir l’humeur des investisseurs. On voit également les autres grandes banques centrales continuer de mener leurs politiques monétaires accommodantes, que ce soit la banque d’Angleterre ou la Banque centrale japonaise et, quelque chose de nouveau ce mois-ci : même dans les pays émergents, les banques centrales se mettent à mettre en place des mesures d’accommodation budgétaire financées par création monétaire, c’est-à-dire des programmes d’assouplissement quantitatif, ce qui ne s’était pas vu, même lors de la crise financière de 2008-2009.

Les marchés sont restés plutôt bien orientés. L’indice américain S&P 500 est resté à peu près stable. Vous avez une petite progression de la bourse européenne de l’ordre de 2-3%, une petite progression également de la bourse chinoise, un léger repli de la bourse japonaise. Mais, dans l’ensemble, ceci s’est produit dans un environnement de volatilité qui reste assez élevé.

Du côté des taux d’intérêt, on a observé un léger repli mais sans grande signification. On continue de voir l’or progresser. On n’est pas très loin de 1800 dollars l’once. On a une progression quasi-continue depuis le début de l’année ; c’est la valeur refuge par excellence quand on est dans un environnement qui est très incertain. On a vu un beau rebond du prix du pétrole qui est le fruit d’une anticipation de rebond de la demande d’énergie qui va de pair avec la reprise de la croissance et donc, c’est plutôt un signal positif sur les anticipations des acteurs de marché sur la reprise de l’activité économique.

Dans cet environnement, il faut regarder ce qui se passe du côté des politiques budgétaires, je l’ai mentionné, des anticipations d’un plan de stimulation budgétaire aux Etats-Unis, et puis vous avez un facteur de soutien assez net pour l’euro, c’est ce fameux plan de relance dont les chefs d’Etat européens sont en train de discuter. Il y aura un Sommet de l’Union européenne les 17 et 18 juillet qui discutera des modalités techniques de ce plan de relance qui a probablement soutenu l’euro qui s’est légèrement apprécié face au dollar. Le dollar, en revanche, est sous pression, et ceci s’explique par le fait que les taux d’intérêt ont reflué plus rapidement aux Etats-Unis que dans le reste du monde au cours des derniers mois et par le fait, aussi, qu’il y a des déséquilibres assez importants aux Etats-Unis, et notamment la dérive des finances publiques qui peut commencer à préoccuper les investisseurs.

Dans cet environnement, nous continuons de penser que la reprise va se matérialiser mais que les investisseurs sont peut-être un peu trop optimistes sur la rapidité de cette reprise économique et, de ce fait, compte tenu de l’ampleur des risques que l’on continue de voir (incertitudes sur le front de la pandémie mais aussi incertitudes en raison de très nombreux facteurs géopolitiques – les relations sino-américaines qui sont assez tendues, le fait que les élections américaines risquent de préoccuper les investisseurs d’ici quelques mois), ce sont des facteurs de risque pour les investisseurs qu’il ne faut pas sous-estimer, ce d’autant plus qu’ils restent très optimistes sur les anticipations de profits. Dans la période estivale, il nous semble qu’il faut être particulièrement prudent et mesuré même si la reprise économique nous semble, à très court terme, plutôt solidement ancrée pour ce qui est du troisième trimestre.

Merci de votre attention.

Rendez-vous au prochain point marchés et, en attendant, prenez soin de vous.

Crédit photo : Getty Images