A lire dans la même thématique

Succession sans enfants ni conjoint : qui hérite ?

Lorsqu’aucun conjoint, ni enfant, n’est amené à hériter, la loi prévoit qui sont les héritiers. Mais il est aussi alors possible d’organiser sa succession dans un cadre de très grande liberté.

Présenté par Silvia Bocchiotti, Gestion Multi Asset, Directeur de l’Advisory retail et responsable de la sélection des fonds tiers.

12 février 2018

Amundi Asset Management

Les marchés boursiers mondiaux commencent l'année 2018 avec un grand optimisme, c’est d’ailleurs l’un des meilleurs mois de janvier depuis 30 ans. Les perspectives de croissance mondiale ainsi que les résultats des entreprises expliquent les bonnes performances des marchés actions.

La baisse du dollar a également été un facteur de soutien fort pour les marchés actions : le dollar étant la principale monnaie de réserves de change mondiale, sa dépréciation permet d’assouplir les conditions financières créant de la liquidité sur les marchés.

Le fait que le Dollar Index touche la barre de 90, au plus bas depuis 2014, est clairement l’un des évènements les plus marquants sur les marchés. Cette déprécation est d’autant plus atypique que les États-Unis connaissent une croissance forte, les taux d’intérêts courts sont en hausse et que le différentiel entre les taux américains et ceux d’autre pays développés reste important.

Plusieurs facteurs expliquent la baisse du dollar :

  • Premièrement, l’amélioration de la croissance économique hors des États-Unis favorise à court terme l’appréciation de l’euro, du yen et de la livre sterling. En effet, les marchés anticipent le fait que les principales banques centrales vont suivre le mouvement de hausse de taux d’intérêt déjà entamé par la FED.
  • Deuxièmement, les déclarations de l’administration américaine ont eu un impact sur le dollar ; les marchés demeurent particulièrement attentifs aux tensions politiques mais également aux mesures protectionnistes de l’administration américaine.
  • Enfin, la hausse récente des matières premières, dont les transactions se font en dollar, explique la baisse du dollar : le Brent, par exemple, a atteint 70 dollars le baril pendant le mois.

Par ailleurs, la très bonne dynamique économique, la hausse du pétrole ainsi que les anticipations d’inflation expliquent la progression des rendements obligataires. Certaines maturités affichent en effet de nouveau de rendements positifs en Europe et au Japon et aux États-Unis les obligations américaines à 10 ans ont atteint des niveaux non vus depuis 3 ans.

En conclusion, la baisse du dollar, la bonne tenue des marchés actions et la hausse des rendements obligataires semblent annoncer la transition d’un environnement économique caractérisé par une forte croissance et une faible inflation vers un nouvel environnement avec plus de croissance, plus d’inflation et des banques centrales qui poursuivent la normalisation de leur politique monétaire.

Merci et rendez-vous au mois prochain

Crédit photo : istock