A lire dans la même thématique

Droits de succession : comment sont-ils calculés ?

Emmanuel Macron a "formellement exclu toute modification des droits de succession sous sa présidence". Rappel du régime en vigueur.

Présenté par Silvia Bocchiotti, Gestion Multi Asset, Directeur de l’Advisory retail et responsable de la sélection des fonds tiers.

20 janvier 2018

Amundi Asset Management

L’année 2017 a été une très bonne année pour les marchés. Les obligations d'État et d’entreprises ont délivré des performances positives tandis que les actions ont atteint de nouveaux sommets.

Sur les actions, les marchés les plus performants ont été les marchés émergents et le Nasdaq.

2017 a été l'année de la technologie alors que les secteurs pétrolier, des télécoms et des médias restent en retard. En effet, la performance s’est concentrée sur un faible nombre de valeurs notamment dans le secteur de la technologie.

L’année dernière a été également une année très calme. La volatilité sur les marchés a été historiquement faible : le marché américain n'a pas connu un seul mois de performance négative, malgré des événements géopolitiques majeurs, comme par exemple, la crise nord-coréenne.

Contre toute attente, la devise la plus performante a été l'euro, qui a fortement progressé au cours de l'année avec une hausse de 14 % contre le dollar américain.

Dans les matières premières, le pétrole a atteint son plus haut niveau depuis deux ans, la demande mondiale reste élevée et l'OPEP avec le soutien de la Russie, a pu continuer à limiter l'offre. Il convient également de noter que le cuivre a atteint son plus haut niveau en quatre ans, grâce à la forte croissance économique mondiale, notamment en Chine.

Plusieurs facteurs expliquent cet environnement si favorable pour les marchés :

  • premièrement, une reprise solide et synchronisée de la croissance économique mondiale sans pressions inflationnistes,
  • deuxièmement, une amélioration du contexte politique en zone euro,
  • troisièmement, des politiques favorables à la croissance, telles que la réforme fiscale américaine adoptée en décembre.

Enfin et surtout, ce sont des conditions financières extrêmement favorables qui expliquent l’excellente performance des marchés et la faible volatilité : les banques centrales sont restées accommodantes, le dollar s’est déprécié et les taux d’intérêts longs américains sont restés à de niveaux très bas malgré les trois hausses des taux directeurs de la Fed pendant l’année.

Après une année historiquement calme, la volatilité pourrait bien faire son retour si les conditions liées à la liquidité venaient à se durcir. En 2018, nous serons donc attentifs à un éventuel retour de l’inflation, qui pourrait faire remonter les taux d’intérêts réels ou provoquer une normalisation des politiques monétaires plus rapide que prévue.

Je vous souhaite une très belle année, au revoir et rendez-vous au mois prochain.

Crédit Photo : allanswart