A lire dans la même thématique

5 bonnes raisons de faire des travaux chez soi

Les différentes périodes de confinement ont boosté les envies de travaux des Français. Il y a toujours une bonne raison de faire des travaux dans sa maison ou son appartement.

Quelles sont les prévisions en termes de croissance pour les mois à venir ? Comment faut-il se positionner ?

Bonjour et bienvenue dans cette édition du point marchés du mois de mai.

Au mois d'avril c'est la crise du Covid qui a continué à dominer l'actualité, avec une résurgence du nombre de cas au début du mois dans la plupart des pays européens. Une 3e vague particulièrement dure en Allemagne et des pays émergents qui sont sous pression avec une crise qui est hors de contrôle en Inde et au Brésil, avec l’émergence de nouveaux variants.

Ceci dit, en dépit du nombre de cas élevé et des nouveaux variants qui émergent, les campagnes de vaccinations se poursuivent, les enquêtes de confiance sont bien orientées, le climat des affaires s'améliore tant et si bien que l'on continue de tabler sur la poursuite de l'activité de la croissance économique dans les mois et les trimestres qui viennent.

Gardons néanmoins à l'esprit que cette reprise va être très inégale à l'intérieur des pays et entre les pays. Du côté des grands pays avancés le fer de lance de la reprise c'est l'économie américaine. Du côté des grands pays émergents, c'était jusqu'à une période récente, la Chine, mais de grands pays émergents sont à la traîne en raison des lenteurs de déploiement des vaccins, et puis de la présence de ces nouveaux variants. Au final dans les trimestres qui viennent on s'attend à un avantage pour la croissance dans les grands pays avancés.

Alors quelques mots sur les Etats-Unis, l'administration Biden a annoncé, en plus du grand plan d'infrastructures de 2200 milliards de dollars, très récemment l'annonce d'un grand plan pour la famille avec des aides à la petite enfance, des extensions de congé maladie et ce plan s'élève lui-même à plus de 2000 milliards de dollars dans les 8 prochaines années. Ces grands plans de relance viennent ancrer les anticipations d'une reprise qui s'étalera sur plusieurs années.

En Europe ce sont les mesures de stabilisation qui sont la plupart du temps prolongées dans le temps, et à Bruxelles sont présentés un à un les plans, à l'échelle nationale. Dans le cadre du fonds de relance 10 pays doivent encore les approuver, c'est une procédure assez lourde, bureaucratique mais qui au final avance plutôt bien.

Cette reprise de l'activité économique s'accompagne d'un rebond de l'inflation, aux Etats-Unis la résurgence est assez nette, puisque l'indice des prix à la consommation est en progrès de 2,6% au mois de mars, versus 1,7% au mois de février. C'est la plus forte progression des prix depuis 2009. Cette résurgence de l'inflation s'explique par l'augmentation des prix de production, alors que les coûts de la main-d'œuvre restent plutôt bien contenus.

Ces inquiétudes du côté de l'inflation nous semblent prématurées. Ce sont avant tout des phénomènes temporaires, liés à des effets de base, à la remontée des prix des matières premières, à la capacité en sortie de crise des entreprises à répercuter la hausse des prix de production dans les prix à la consommation. A cela s'ajoute dans certains grands pays émergents, quand même il faut le souligner, le fait que les devises se sont dépréciées, que les indices de prix sont beaucoup plus sensibles à la remontée des prix des matières premières agricoles.

Dans l'ensemble nous n'attendons pas de virage du côté de la politique monétaire dans les grands pays avancés, aucune grande banque centrale ne va revoir sa politique d'achat de titres dans les mois qui viennent ni la Réserve fédérale, ni la Banque centrale européenne.

En revanche, du côté des grands pays émergents, on observe déjà une inflexion de la politique monétaire en lien avec la résurgence de l'inflation, qui est un peu plus marquée dans ces pays.

Alors que s'est-il passé sur les marchés financiers ? Du côté des actions on a observé quelques épisodes de consolidation mais dans l'ensemble les bourses ont continué de progresser, plus 5% sur le S&P 500 entre 2 et 3% sur la bourse européenne un repli de 2,5% sur la bourse japonaise et à peu près la stabilité sur la bourse chinoise.

Du côté des taux d'intérêt, les taux d'intérêt américains ont connu certains à-coups avec le taux à 10 ans américain qui est tombé en deçà de 1,6% au cours du mois mais qui est remonté en fin de mois. A noter les taux européens ont quant à eux progressé, et notamment le taux à 10 ans sur l'OAT en France est revenu symboliquement en territoire positif.

Les matières premières ont quant à elles continué de progresser dans l'ensemble, l'euro tangente les 1,21$, il s'est apprécié sur le mois, et enfin on notera du côté des crypto-monnaies la très grande volatilité sur le cours du Bitcoin qui en définitive s'inscrit en repli de plus de 5% sur l'ensemble du mois.

En conclusion, dans un environnement où les fondamentaux macroéconomiques et les fondamentaux des entreprises s'améliorent, il nous semble prématuré de réduire l'exposition au risque dans les portefeuilles.

Ceci dit la marge d'erreur est devenue très faible car la plupart des actifs risqués intègre désormais les scénarios optimistes que l'on anticipe pour les trimestres qui viennent. Donc nos grandes orientations en termes d'allocation d'actifs ne changent pas nous préférons réallouer le risque entre classes d'actifs plutôt que de l'augmenter.

Du côté des obligations nous continuons de tabler sur la poursuite de la remontée des taux d'intérêt mais restons exposés en Europe de façon très sélective sur le crédit et sur les emprunts d'Etat périphériques. Nous restons également exposés à certains marchés émergents de façon très sélective.

Du côté des actions, nous continuons de tabler sur la rotation en faveur des valeurs les plus décotées ce qui devrait bénéficier en définitive aux bourses européennes et aux bourses asiatiques.

Sur les actions, la rotation en faveur des valeurs les plus décotées n'est pas terminée, de même que la revalorisation des actions européennes et asiatiques.

Merci de votre attention et rendez-vous à notre prochain Point Marchés.

Crédit photo : Getty images