A lire dans la même thématique

DSP2 : une sécurité renforcée pour vos opérations bancaires en ligne

En quoi consiste l’authentification forte exigée par la DSP2 ? Quel impact concret aura-t-elle pour les clients BforBank ? Décryptage.

Depuis le 18 juin dernier, le rendement de l’OAT à 10 ans est passé en territoire négatif. Qu’est-ce que cela signifie pour vos placements ?

Le taux de l’obligation assimilable du Trésor (OAT) 10 ans est tombé sous le seuil de 0 %, tiré à la baisse par la nouvelle vague de mesures de politique monétaire accommodantes de la BCE. Les épargnants doivent donc désormais compter avec des taux négatifs. Si ce contexte constitue une bonne nouvelle pour les emprunteurs, quel est son impact sur les produits d’épargne à taux fixe ? Comment adapter vos stratégies de placement dans ce nouveau contexte de taux négatifs, où et comment placer son argent ?

Assurance-vie : des fonds en euros à la peine

Ce n’est plus une nouveauté : la performance des fonds en euros des contrats d’assurance-vie n’a cessé de diminuer ces dernières années dans le cadre de la baisse continuelle des taux d’intérêt allant jusqu’à des taux négatifs de l’OAT 10 ans.

Au sein de ces fonds en euros caractérisés par une garantie du capital, les stocks d’obligations se renouvellent et les dernières acquises délivreront une performance extrêmement réduite jusqu’à leur échéance. En pratique, le remplacement des obligations qui viennent à échéance et le placement de la collecte des fonds en euros en nouvelles obligations au niveau de taux actuel contribue ainsi à la baisse mécanique du rendement servi par les fonds en euros, qui pourrait continuer.

D’une moyenne en 2013 de 2,8 % à 1,8 % en 2018, le rendement pourrait encore baisser davantage même si les assureurs peuvent soutenir les rendements en puisant dans leur provision pour participation aux bénéfices (PPB). A titre d’exemple, un taux de rendement de 1,6 % reviendrait à un taux net de prélèvements sociaux (17,2 %) de 1,32 %, donc proche du niveau de l’inflation.

Ce moindre attrait des fonds en euros, doit amener les épargnants à envisager une nouvelle orientation de leur épargne. Cette transition passe vers davantage d’unités de compte (UC) dont la nature et la proportion sont à adapter en fonction du profil de risque de chacun. Si elles n’offrent aucune garantie en capital, et sont plus risqués, elles peuvent délivrer sur la durée une performance dont les espérances sont d’autant plus élevées que l’horizon de placement est lointain.

Une nouvelle version -en cours d’étude- du fonds "euro-croissance" pourrait également prendre le relais auprès des épargnants.

Cette baisse des taux de rendement nécessite d’avoir un œil avisé sur les tarifs de votre contrat. Les banques en ligne pratiquent en général la gratuité des frais sur versement et des arbitrages. Vérifiez les frais de gestion et la présence d’éventuels frais annexes.

Un Livret A à 0,75 % jusqu’au 1er février 2020 ?

Le livret A reste l'un des placements préférés des Français même s’il rapporte pourtant peu. Les épargnants apprécient la garantie du capital, sa souplesse et des revenus totalement exonérés. Son taux de rendement du Livret A a été gelé à 0,75 % par le gouvernement jusqu’au 1er février 2020. Dans un univers de rendements négatifs, le Livret A est donc plutôt « bien rémunéré » et sur les sept premiers mois de 2019, il a d’ailleurs collecté 13 milliards d’euros. Pourtant avec une inflation aux alentours de 1 %, il offrirait un rendement réel négatif, à environ -0,25 %.

A moins de 4 mois de la prochaine révision de son taux, les détenteurs du Livret A peuvent craindre qu’il ne baisse le 1er février prochain à 0,50 %, son nouveau taux plancher. Pour rappel, le taux du Livret A sera désormais fixé comme la moyenne semestrielle du taux d’inflation et des taux interbancaires à court terme (EONIA), avec un arrondi au dixième de point le plus proche, assortie d’un taux plancher de 0,5 %. Le Gouvernement pourra toujours en décider autrement (pour circonstances exceptionnelles), quelques mois avant les élections municipales.

Les épargnants les plus modestes n’oublieront pas le Livret d’épargne populaire (LEP) soumis à conditions de ressources et non fiscalisé. Sa rémunération est supérieure d’un demi-point au livret A, soit 1,25 % actuellement. Pour rappel ses versements sont limités à 7 700 euros.

Sicav monétaires : rendement en dessous de zéro depuis plusieurs années

Depuis environ dix ans déjà, le marché monétaire a été marqué par des rendements extrêmement bas, suivis par des rendements négatifs avec la chute de l’Eonia en territoire négatif. Les OPC monétaires ne remplissent donc plus leur rôle de préservation du capital contre l’inflation et ne sont donc plus une solution pour placer sa trésorerie, en raison également des frais de gestion.

Les documents d’information clés remis aux investisseurs précisent que le capital investi ne bénéficie d'aucune garantie et qu’en période de rendements négatifs sur le marché monétaire, le rendement du fonds peut être affecté négativement.

Livrets bancaires : des taux bas et des intérêts fiscalisés

Pour votre épargne de précaution, il y aussi les livrets bancaires fiscalisés, dont les taux de rémunération sont bien sûr impactés par ce contexte de bascule des taux d’intérêt en territoire négatif. Les taux n’ont cessé de diminuer tendant souvent vers zéro (souvent entre 0.05 % et 0.2 %) et sont susceptibles de variations pour s’adapter à l’évolution des marchés des taux.

Par ailleurs, les intérêts sont fiscalisés et soumis au régime du prélèvement forfaitaire unique de 12,80 % au titre de l’impôt sur le revenu soit 30 % prélèvements sociaux ou, sur option globale, au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

A noter que les banques en ligne font bénéficier les nouveaux clients de taux bonifiés- dans des limites de versements variables selon les établissements-, très supérieurs aux taux de rendement de base qui prennent le relais après la fin de la durée de l’offre.

PEL : conserver les anciens PEL

Pour rappel le Plan Épargne Logement ou PEL est un produit de placement qui permet au souscripteur d’obtenir un prêt immobilier. Mais il a souvent été utilisé par les épargnants pour placer leur trésorerie car il les fait bénéficier d’un taux établi dès la souscription.

Si actuellement, la rémunération du plan d'épargne-logement (PEL) est de 1 % et les intérêts soumis au PFU dès la 1ère année, ceux ouverts entre le 01/08/2003 et le 31/01/2015 sont rémunérés à 2,5 %. Le fonctionnement et le régime fiscal du PEL diffèrent selon la date d’ouverture du plan. Alors pensez à faire une simulation et à comparer son rendement net à celui d’un autre placement envisagé.

Une diversification nécessaire pour les horizons de placement longs

Dans cet environnement de taux bas, puis de taux négatifs, la recherche du rendement passe par une diversification de ses placements financiers en y incluant progressivement des actions. Cette option s’adresse à ceux qui acceptent le risque de perte en capital dans l’espoir sur une longue durée d’un meilleur rendement. Selon votre horizon d’investissement, votre profil de risque, vous opterez pour des OPCVM incluant une part plus ou moins importante d’actions afin d’opérer cette diversification en maîtrisant votre risque. Elle peut s’opérer dans le cadre de l’assurance-vie via des unités de compte, ou dans un compte-titres ou un PEA pour son cadre fiscal privilégié.

Des taux d’emprunts immobilier au plus bas

En toute logique, les taux immobiliers ont suivi la baisse des taux d’intérêt. Pour les futurs acquéreurs d’un bien qui cherchent un crédit immobilier, il est donc possible d’emprunter à des taux records, conjoncture qui pourrait continuer dans les mois qui viennent.

Les gros déposants taxés sur leurs dépôts en comptes courants ?

Plusieurs banques allemandes puis suisses ont décidé de taxer les dépôts excédentaires des grandes entreprises mais aussi de leur clientèle aisée pour répercuter les taux négatifs de la Banque centrale européenne (BCE). Le gouverneur de la banque de France François Villeroy de Galhau a déclaré récemment « aucune banque française n'applique aujourd'hui de taux négatifs à ses déposants particuliers habituels ou à ses PME, et nous comptons bien que cela demeure en l'état". Pourtant certaines banques privées semblent décider à mener une réflexion sur le sujet…

Crédit photo : Getty images