A lire dans la même thématique

3 assurances à connaître pour un investissement locatif

Vous êtes propriétaire bailleur et souhaitez protéger votre investissement ? Découvrez trois assurances incontournables.

La multiplication des fonds thématiques constitue l’un des phénomènes marquants de ces dernières années.

09 novembre 2020

La multiplication des fonds thématiques constitue l’un des phénomènes marquants de ces dernières années, à côté de la généralisation de la prise en compte des critères extra-financiers et de la montée en puissance de la gestion passive (indicielle). Le point sur l’offre des gestionnaires.

Selon les statistiques d’EuroPerformance-Six, les fonds sectoriels et thématiques, dont le poids est de 22,1 milliards d’euros, représentent 2,6 % du total des encours et 10,9 % de l’encours des fonds actions de droit français. Ce segment est celui qui (hors monétaire) a drainé le plus de souscriptions sur les trois quarts de l’année : 345,2 millions d’euros. Sur dix ans, les fonds sectoriels et thématiques obtiennent la deuxième meilleure performance (derrière les fonds Amérique du Nord) : + 76,7 %, en moyenne.

Pictet Asset Management a fait œuvre de pionnier. Lors d’un échange avec la presse, son directeur général France, Hervé Thiard, a souligné qu’un fonds thématique est une "belle façon de faire son premier pas en Bourse" et donne "un certain confort" à l’investisseur, qui sait où il place son argent. Le gestionnaire d’origine genevoise propose une dizaine de fonds thématiques, dont Pictet - Water, créé en 2000 (plus de 6,3 milliards d’euros d’actif aujourd’hui !), Pictet - Security et Pictet - SmartCity.

Tirer parti des grandes tendances

CPR AM, actuel leader tricolore des forts en thèmes, couvre aussi une dizaine d’univers : vieillissement de la population (avec CPR Silver Age, le plus connu), disruption, lutte contre le réchauffement climatique, défi alimentaire mondial, éducation (avec CPR Invest - Education, fonds unique en son genre), réduction des inégalités (avec CPR Invest - Social Impact, également fruit d’une initiative singulière), etc. A noter que les fonds thématiques ayant un univers mondes sont rarement éligibles au PEA.

Société de gestion née outre-Atlantique, Neuberger Berman se signale avec Next Generation Mobility (véhicules électriques, connectés et autonomes) et 5G Connectivity ("plus de 13.000 milliards de dollars d’opportunités économiques attendues d’ici à 2035", selon son gérant, Yan Taw Boon). Thematics AM propose une gamme exclusivement thématique, dont AI & Robotics, Safety, Water et Subscription Economy (qui n’a pas d’équivalent). Mohammed Amor, son chief executive officer, a dernièrement déclaré au magazine Gestion de Fortune : "Nous voulons tirer parti de la croissance structurelle de long terme que recèlent les tendances séculaires : évolution démographique, mondialisation, innovation, raréfaction des ressources."

Citons encore La Financière de l’Echiquier (avec Echiquier World Next Leaders, meilleur fonds en termes de performance : + 125 % sur trois ans !), Candriam (avec Candriam Equities L Oncology Impact, dédié au combat contre le cancer), Sycomore AM (avec Sycomore Sustainable Tech, récemment lancé) ou Financière d’Uzès (qui vient de présenter Uzès Sport, un fonds investi dans le sport et le fitness, l’alimentation et la nutrition, les loisirs et l’activité physique).

Les fonds thématiques peuvent, individuellement, peser de 5 % à 10 % et, ensemble, jusqu’à 35 % d’un portefeuille diversifié.

Crédit photo : Getty images