A lire dans la même thématique

Pourquoi la hausse des taux obligataires est-elle mauvaise pour la Tech ?

Avec la remontée des taux obligataires américains, la valorisation des actions technologiques a été impactée à la baisse fin février 2021. Comment l’expliquer ?

Fort de quarante années d’expérience comme gérant privé, Jean-Joseph Haas, fondateur de Haas Gestion, connaît bien les arcanes des marchés financiers.

17 mars 2021

Michel Lemosof

"En Bourse, le temps est le meilleur allié de l’épargnant !"

Fort de quarante années d’expérience comme gérant privé, Jean-Joseph Haas*, fondateur de Haas Gestion, connaît bien les arcanes des marchés financiers. Dans son livre intitulé Réussir en Bourse sans spéculer, il explique qu’il faut plébisciter les valeurs de croissance de qualité.

Pourquoi avoir rédigé un ouvrage sur la Bourse ?

Jean-Joseph Haas : J’ai souhaité montrer qu’il est possible – sans qu’il soit nécessaire d’avoir des connaissances préalables – de tirer une rentabilité satisfaisante d’un placement boursier en investissant dans des secteurs industriels qui réussissent à s’extraire de la conjoncture économique et à pros¬pérer indépendamment de celle-ci. De cette approche résulte une méthode reproductible dans la durée, gage de réussite boursière.

Les valeurs de croissance ne sont-elles pas trop chères ?

JJH : La croissance se paie ! Une société chère en termes de ratio cours/bénéfice par action est généralement plus attrayante qu’une valeur décotée. Une entreprise qui capitalise seulement 5 fois ses résultats sera moins intéressante, si elle n’a pas de croissance visible, qu’une entreprise valant 20 fois ses résultats qui, elle, exercice après exercice, enregistre une croissance supérieure à celle de son secteur, lui-même en croissance. Certes, les décalages cycliques sont parfois spectaculaires, mais cela ne dure pas. En revanche, les valeurs de croissance (technologie, santé, alimentation…), moins sensibles à la conjoncture que les valeurs cycliques (automobile, matériaux de construction…), connaissent un parcours plus linéaire et, surtout, ascendant. Elles amortissent les reculs des marchés, dont elles captent une large part des hausses.

Tandis qu’une société cyclique n’en a habituellement qu’un, celui du cycle, une société de croissance est propulsée par cinq moteurs : un marché porteur, une régularité des résultats, un statut de leader, des expansions de périmètre d’activité (par acquisition ou partenariat), un effort d’innovation soutenu. De leur combinaison découle la création de valeur à long terme. En Bourse, le temps est le meilleur allié de l’épargnant !

Quelles sont vos sociétés préférées ?

JJH : Une entreprise comme Air Liquide, qui se distingue entre 1989 et 2019 par des progressions annuelles moyennes de 5,6 % de son chiffre d’affaires, de 6,7 % de son bénéfice net par action et de 8,7 % de son dividende, illustre parfaitement mon propos. Sur vingt ans, son cours de Bourse a pris 304 % (sans les dividendes), alors le Cac 40, lui, n’a gagné que 5,8 %. D’autres sociétés, à l’instar de Nestlé, EssilorLuxottica, L’Oréal, Seb, Hermès International, bioMérieux, Sartorius Stedim, Dassault Systèmes, Orpea, Soitec ou Visa, font aussi la fortune de leurs actionnaires. Quand vous choisissez des valeurs de croissance rentable de qualité, vous achetez de l’intelligence, du travail, la conquête de nouveaux marchés et, au final, du rendement. Les valeurs de fond de portefeuille doivent donc figurer en tête de votre sélection.

Propos recueillis par Michel Lemosof

(*) Auteur du livre Réussir en Bourse sans spéculer (éditions Maxima, 220 pages).

Crédit photo : Getty images