A lire dans la même thématique

Location meublée saisonnière : des règles renforcées

Vous disposez d’un bien que vous aimeriez louer en meublé saisonnier ? Pourquoi pas. À condition de respecter les nouvelles règles.

Le courtier en crédit immobilier Meilleurtaux.com publie la 3e édition de son étude consacrée à la comparaison entre achat et location dans les 37 plus grandes villes de France.

19 octobre 2016

L'achat devient plus vite intéressant

Premier enseignement de cette étude : la durée de détention moyenne pour rentabiliser l'acquisition d'une résidence principale par rapport à la location baisse significativement.

Ainsi, l’acquisition est rentabilisée en moyenne au bout de :

  • 16 ans pour 30 m² (3 années de moins qu’en 2014 et 1 année de moins qu’en 2015)
  • 2,5 ans pour un 70 m² (2,5 années de moins qu’en 2014 et 1,5 année de moins qu’en 2015)

A noter : plus la surface est importante plus l'achat sera rapidement intéressant.

« C’est la baisse des taux d’emprunt combinée à la faiblesse du taux d’épargne qui augmente l’attractivité de l’acquisition versus la location, explique Maël Bernier. En effet, la faible rémunération de l’épargne joue en faveur de l’argent directement investi dans la constitution d’un patrimoine ».

Halte aux idées reçues

L'étude s'est également penchée sur certaines idées reçues, avec des résultats parfois surprenants.

Idée reçue N° 1 : Il y a de grosses différences de rentabilité entre Paris et la province

Réponse : Faux.

Pour la première fois, l’écart entre Paris et les autres villes est si faible que l'on ne peut plus noter de réel écart. Ainsi, s’il fallait 14 ans et demi en 2015 pour rendre l’acquisition attractive à Paris contre 1 année au Havre, il ne faut plus que 6 ans et demi en 2016 à Paris pour toujours 1 an au Havre.

Acheter à Paris en 2016 devient donc intéressant beaucoup plus rapidement que lors des précédentes études.

Idée reçue N° 2 : Plus la surface achetée est grande, plus vite l’achat devient intéressant

Réponse : Vrai.

Comme les années précédentes et malgré la baisse des taux, l’intérêt de l’achat augmente toujours avec les mètres carrés. En effet, plus la surface est grande, plus le montant de l’emprunt sera élevé et plus l’impact des taux bas se fera sentir.

Idée reçue N° 3 : La hausse des prix a contrebalancé la baisse des taux

Réponse : Faux.

Dans la totalité des grandes villes de France, l’achat devient intéressant au bout d’une durée de moins de 7 ans de détention et au bout de seulement 3 ans ou moins pour plus de deux tiers des villes du classement.