A lire dans la même thématique

Les banques en ligne sont-elles aussi sûres que les banques traditionnelles ?

Les banques en ligne et les néobanques sont-elles sûres ? Cette question est légitime et il existe au moins trois façons d’y répondre positivement.

Vous connaissiez les FinTechs ? Aujourd’hui, ce sont les Big Techs qui sont au centre de l’attention. Quelles sont les dernières innovations en préparation ?

11 novembre 2020

La Rédaction

Les géants de la technologie (Google, Amazon, Facebook…) semblent désormais vouloir étendre leur palette de services à la banque. Tour d’horizon des innovations à venir à travers trois offres de services.

1. Des services bancaires du quotidien

Les Big Techs, ainsi qu’on les appelle parfois, entendent gagner des parts de marché sur les services bancaires du quotidien. Il s’agit d’une extension de leurs activités en matière d’e-commerce et du développement des assistants vocaux.

Entre autres exemples, Apple (qui a déjà développé le service de paiement mobile Apple Pay) a récemment communiqué sur le lancement international d’une carte bancaire appelée Apple Card. La création d’un compte courant en partenariat avec Citigroup serait également en gestation pour Google, filiale d’Alphabet. Le projet de banque en ligne est affublé du nom de code "Cache".

Ici, la principale innovation consiste à intégrer les services bancaires dans le parcours client, lors d’achats en ligne notamment.

2. Des modes de paiement alternatifs

Les Big Techs cherchent aussi à développer des applications plus novatrices. L’objectif est souvent de rendre invisible et plus rapide l’acte de paiement, afin d’en faire un geste encore plus banal du quotidien.

Amazon a par exemple communiqué sur le paiement biométrique par reconnaissance de la main dans certains magasins Amazon Go. Dans ces magasins situés dans la région de Seattle (Etats-Unis), plus besoin de carte bancaire ni d’espèces grâce à la technologie Amazon One. Un appareil équipé d’un scanner analyse la paume des clients qui s’en servent pour payer. L’analyse combine la lecture de l’empreinte palmaire et la reconnaissance des veines.

Comme souvent pour le mastodonte du e-commerce, cette technologie à l’origine développée pour compte propre pourrait être commercialisée auprès de clients externes dans le futur.

3. Une monnaie numérique

Certaines Big Techs vont plus loin. L’objectif n’est plus de payer différemment avec des monnaies déjà existantes mais bel et bien de remplacer ces monnaies par une monnaie mondiale indépendante.

Avec l’annonce d'une nouvelle monnaie (la Libra), Facebook se situe aux avant-postes de cette révolution. Néanmoins, le réseau social se confronte à la réaction des États. Parmi les obstacles à surmonter, la lutte contre le blanchiment d’argent, la confidentialité des données ou encore les garanties concernant la stabilité du système monétaire mondial et les taux d’intérêt.

Au-delà de l’effet d’annonce, ces projets en sont encore au stade de l’expérimentation et se heurtent, dans la plupart des pays, à d’importantes barrières réglementaires. Cette effervescence témoigne cependant des liens forts qui unissent désormais le digital et l’avenir de la banque.

Crédit photo : Getty images