A lire dans la même thématique

Champagne !

Qu’il soit de grandes marques ou de vignerons confidentiels, le champagne a toujours la cote pour les fêtes. Nos meilleures bouteilles pour célébrer la fin d'année en beauté.

La nouvelle édition du Sofinscope, le baromètre de Sofinco, pointe une hausse non négligeable du budget logement des Français en 2016.

18 août 2016

La Rédaction
La part du logement dans le budget

Le logement pèse de plus en plus sur le budget

Chaque année depuis 2012, le baromètre de Sofinco décortique et analyse la consommation et les dépenses quotidiennes des ménages Français. Pour l'année 2016, l'enseignement principal est une hausse de 5 % de budget logement par rapport à 2015, pour un montant moyen de 661 euros par mois. Ce montant est le plus important enregistré depuis 2012.

Le taux d’effort moyen - soit le pourcentage des revenus consacré au loyer ou au remboursement d’emprunt- mobilise 24,3 % des revenus, soit une hausse de 1,9 point par rapport à 2015.

Pour un Français sur quatre (25 %), cette part est même supérieure au tiers de leurs revenus. Une situation de hausse qui n'est pas sans impact sur l'équilibre financier des ménages puisque :

« environ un Français sur trois déclare avoir des difficultés à payer son loyer. Il s’agit du plus fort taux enregistré depuis le début de ce baromètre », précise Étienne Epitalon, Directeur du marché de l’équipement de la maison chez Sofinco.

Il est à noter que 19 % des Français tentent de réduire leur budget logement en déménageant pour une habitation moins chère et 10 % se résignent à choisir un appartement plus petit.

La hausse du budget logement au détriment des autres postes

Face à l'alourdissement du poste consacré à leur loyer ou leur emprunt immobilier, les Français n'ont d'autre choix que de rogner sur d'autres types de dépenses, à commencer par les dépenses d’agrément comme le budget vacances (60 %), l’amélioration du logement (59 %) et les loisirs au quotidien (55 %).

Plus d’un Français sur deux déclare également avoir réduit sa capacité d’épargne mais plus inquiétant encore, des postes clés sont affectés et notamment la consommation alimentaire (54 %), l’habillement (49 %) et même la santé (45 %).